Masques de protection respiratoire

Masques de protection respiratoire

Les masques anti-poussières :
Les niveaux de protection définie par la norme EN149-2001 permettent de définir le type masque dont vous avez besoin :

FFP1   
Jusqu'à 4,5xVME
Contre les poussières non toxiques et les brouillards dont la phase liquide est l’eau ou l’huile. Ne pas utiliser contre les substances cancérigènes, radioactives, agrobiologiques et les enzymes. 
Ex : coton, graphite, hydroxyde de sodium, carbonate de calcium, kaolin, ciment, cellulose, foins…

FFP2    
Jusqu'à 12xVME
Contre les poussières toxiques, fumées et brouillards dont la phase liquide est l’eau ou l’huile. 
Ex : bois tendres, métaux, résine, laine de verre, fibres de verre, semences, quartz, aluminium, bactéries et micro-bactériens, champignons, tuberculose…

FFP3    
Jusqu'à 50xVME
Contre toutes les poussières, fumées et brouillards dont la phase liquides est l’eau ou l’huile.
Ex : Bois durs, céramique, laine de roche, cadmium, chrome, manganèse, platine, plomb, amiante, légionellose…

D
Masques ayant passé un test supplémentaire de colmatage à la poussière de dolomie, signifiant une résistance respiratoire réduite et une durée de vie plus grande.
Les masques ne doivent pas être utilisés si la concentration en oxygène est inférieure à 17%. La VME est la Valeur Moyenne d’Exposition définie pour les substances dangereuses par le responsable sécurité sur les lieux de travail, et correspond à la concentration d’une substance en suspension dans l’air, calculée pour une période de référence (une journée de 8h par exemple), à laquelle tout individu peut être exposé sans courir aucun risque pour sa santé.
Si, après avoir mesuré la concentration de la substance dangereuse, il se trouve que la VME est dépassée, une protection est nécessaire.
La VLE est la Valeur Limite d’Exposition : la concentration mesurée sur un temps maximum de 15 minutes qu’il convient de ne pas dépasser, même en valeur instantanée.
Nos masques anti-gaz suivent un système d’indication du niveau de protection ABEK.

A    Gaz et vapeurs organiques (solvants, hydrocarbures…)
B    Gaz et vapeurs d’acides ou inorganiques (chlore, sulfure d’hydrogene, brome, cyanure, dioxyde de chlore, fluor…) sauf oxyde de carbone
E    Dioxyde de soufre, anhydride sulfureux, chlorure d’hydrogène
K    Ammoniac et dérivés animés
P    Ajout d’un filtre anti-poussières (P1 à P3)

Le chiffre de 1 ou 2 placé après les lettres caractérise la capacité de la cartouche à fixer des gaz plus ou moins concentrés (1 pour une concentration <0.1% et 2 pour < 0.5%) et pendant une période plus ou moins longue.

Exemple de marquage : A1B1E1K1P3

Quand changer d‘équipement de protection respiratoire ?
La durée d’utilisation d’un filtre dépend de sa capacité d’absorption ou de filtration, de la concentration de contaminants, du rythme respiratoire et de la corpulence de l’utilisateur, de la température et de l’hygrométrie du milieu ambiant, etc.…
 Pour les filtrations des particules, le colmatage est signifié par une résistance inspiratoire devenue difficile. Les cartouches anti-gaz contiennent des charbons actifs ou des fibres qui se chargent d’impuretés selon le degré de pollution de l’atmosphère. Elles sont saturées (« claquées ») dès perception de l’odeur. Pour les gaz et vapeurs très toxiques ou inodores, il est préférable de n’utiliser les filtres qu’une seule fois (par exemple en cas d’évacuation). ATTENTION : dès que l’utilisateur ressent des difficultés à respirer ou commence à sentir le goût du contaminant, changer la galette immédiatement.

Conseil : Afin de garantir une bonne durée de vie de vos cartouches anti-gaz, enfermez-les dans un sac hermétique lorsqu’elles ne sont pas utilisées (pour ne pas être saturées par l’air ambiant).